Langue active :FR

  • Imprimer

Une saison fructueuse pour l'Archéologie préventive

Le pôle d'archéologie préventive peut aussi intervenir dans des collectivités hors de notre territoire. Retour sur une saison riche en découvertes !

Catégorie(s) : Le mag'

Cattenom : sur les traces des mérovingiens

Au printemps dernier, les archéologues de l’Eurométropole de Metz étaient mobilisés à Cattenom. Mission confiée aux spécialistes : réaliser la fouille d’un cimetière franc particulièrement bien conservé, en préalable à l’aménagement d’un lotissement. 

Le service d’archéologie préventive de l’Eurométropole est intervenu durant plus de deux mois, sur une surface de 3 500 m². Les tombes mises au jour remontent au VIIe siècle après J.-C. Elles renvoient à la sphère culturelle des Francs, qui occupaient alors la vallée de la Moselle et plus largement le royaume d’Austrasie. 

Le cimetière, fouillé en totalité, est assez représentatif d’une société de l’époque dominée par des chefs, généralement enterrés avec des attributs guerriers (un type d’épée court appelé scramasaxe, épée plus grande et autres couteaux). Les personnages les plus éminents du groupe reposent au sein d’un vaste enclos circulaire et prennent place au centre d’un coffre de pierres.

Des parures délicates 

Des femmes sont enterrées à leurs côtés. Généralement accompagnées de leur parure en bronze ou en argent constituée de broches, de bagues ou de bracelets, elles portent pour deux d’entre elles des colliers en pâte de verre et en ambre, de facture très délicate. 

Parfois, ce sont les objets du quotidien qui les entourent, par exemple des peignes en os ou des instruments de filage. Les enfants, dont le nombre rappelle durement l’importance de la mortalité infantile, sont groupés en marge ou inhumés sur des tombes d’adultes. 

L’architecture des tombes - de la simple fosse en pleine terre à la chambre funéraire complexe - et les assemblages d’objets qui accompagnent les défunts permettent aux archéologues de comprendre avec beaucoup de finesse l’organisation locale d’une microsociété mérovingienne.

Des spécialistes à l’œuvre à Cattenom

Le service d’archéologie préventive métropolitain travaille également pour des collectivités en dehors du périmètre de l’Eurométropole. Une dizaine d’archéologues, spécialistes de la période mérovingienne, sont intervenus à Cattenom. Une anthropologue a procédé au démontage des squelettes. Au lendemain de la fouille, les objets découverts doivent être restaurés et conditionnés afin d’être conservés dans de bonnes conditions et peut-être, pour certaines pièces exceptionnelles, d’être exposées.

Sainte-Ruffine : Découverte d’un théâtre antique

Spectaculaire découverte, un théâtre gallo-romain dans un état de conservation remarquable a été révélé par une fouille archéologique à Sainte-Ruffine cet été.

Alors qu’ils réalisaient une fouille en préalable à une construction sur une parcelle privée à Sainte-Ruffine, les archéologues de l’Eurométropole de Metz ont mis au jour un long tronçon de mur courbe, d’une largeur de deux mètres. Le décapage de celui-ci a très vite révélé qu’il s’agissait ni plus ni moins d’un mur entourant les gradins d’un théâtre antique de 6 000 places

Daniel Baudoüin, Maire de cette commune située sur une ancienne voie romaine, ne se dit « pas complètement surpris de cette découverte, car le sous-sol de Sainte-Ruffine est riche, on y a déjà trouvé des thermes, exprime-t-il. Pourtant, on ne s’attendait pas à un édifice de cette ampleur ! », s’étonne l’élu.

Sainte-Ruffine cité antique d’importance ? 

Si la présence d’un édifice dédié au spectacle dans une ville romaine est classique, l’existence d’une telle construction à Sainte-Ruffine est en effet beaucoup plus surprenante. L’architecture monumentale signale une cité puissante, et cette découverte suscite de nouveaux questionnements sur le statut de cette commune de l’Eurométropole durant l’Antiquité. Le village d’aujourd’hui était-il alors une ville, ou un lieu de culte suffisamment important pour justifier des bâtisses publiques de grande dimension telles que des thermes et un théâtre ? Ces questions restent ouvertes. « Cet événement a mobilisé du monde, des chercheurs, des médias, poursuit Daniel Baudoüin. Nous sommes fiers, c’est une belle histoire, que nous pourrons raconter à nos enfants ! » 

Les vestiges seront conservés en sous-sol. Des mesures ont été prises par la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour éviter que les travaux d’aménagement n’altèrent les murs antiques.

Dernière mise à jour : 11/10/2022

Retour à la liste des résultats